top of page

Space MLB. 

Contemporary Art. Photography. Multimedia. Hybrids Practices. Installation. Performance. Video. Artist's Studio.



Art contemporain. Photographie. Multimedia. Pratiques hybrides. Installation. Performance. Vidéo. Studio d'Artistes. 

Profil MLB

SELF PORTRAIT #1 .001.jpeg

Marie L Borgia a baigné des son jeune âge dans le milieu artistique ( ses parents sont peintres et sculpteurs) et s’est imprégnée des ambiances d’ateliers, des conversations et débats d’artistes, des enjeux de l’art et des problématiques plastiques. Aussi ne nous étonnerons pas d’avoir sous les yeux des photographies caractérisés par des confrontations de matières et matériaux divers, par une forte présence de la couleur, par une solide construction de plans ou s’affirme le graphisme des verticales et des obliques, le tout donnant une première impression d’abstraction.

Un langage et un vocabulaire très marqué par une perception plasticienne du réel.


 

MLB fait ainsi partie de cette nouvelle génération de photographe qui s’affranchit de plus en plus du support et de la technique pour dessiner d’autres univers qui empruntent à un air du temps, véhiculé autant par le cinéma, la vidéo, la musique ou le bruit de la rue que par la peinture ou la bonne vieille photo. Elle perçoit et transmet la réalité de telle manière que notre impression s’éloigne de l’idée de réalité, plongés que nous sommes dans un atmosphère singulière ou le flou rivalise avec le net, ou les couleurs saturées contrastent avec les gris colorés, ou les zones d’intense luminosité surgissent de noirs profonds dans des clairs - obscurs tendus. Surprenant étranges, à cent lieux des resucées, du ‘déjà vu’, des réalisations réduites aux seuls effets techniques ou technologiques.
 Parfois le sujet est étonnamment lisible, d’une rigoureuse présence, d’une vie intense.

Parfois il est absorbé par la réalité matérielle, reflet aux formes incertaines, indéfinies et cotonneuses ou il se perd quasi totalement. MLB traque son sujet sous tous ses aspects dans une succession de plans parfois déroutants, ancrés dans le ‘vil quotidien’, selon l’expression de l’artiste, sujets par lesquels se révèle l’intime créant parfois la gène, jusqu'à en être dérangeants. Le résultat très personnel est marqué par l’esprit et la conception de la photographie anglo - saxonne qui a bousculé cet art par un goût de la recherche, de la créativité débridée et de l’audace.

Si
MLB a reçu sa première formation quelque peu à son insu, elle l’a poursuivi, aspirée par la photographie à Londres ou elle a vécu onze ans. Elle est diplômée en photographie de l’Université de Westminster à Londres, a travaillé comme assistante dans cette capitale avant de revenir en France, ou depuis, elle se consacre à ses travaux de commandes et ses travaux personnels.


 

Y. Champeulovier

MLB.

 

Née à Lyon, France
Graduated from Westminster Universtity. Video Cinema & Photographic Arts, London, UK & Northbrook College. Photography, Brighton, UK

About MLB

2020 PANDEMIC  - 09 02 23 copie.021.jpeg
2020 PANDEMIC  - 09 02 23 copie.022.jpeg

Christian Gattinoni
On the Serie Trivial Pursuit.

2010 - 2023. Short Cuts. Trivial Pursuit. Marie L Borgia en belle compagnie.

 

"La solitude fondamentale de l’artiste suffit elle à entendre ce besoin de compagnonnage qui cherche dans l’histoire de l’art moins des maîtres que des pairs ? Les enjeux d’un art référentiel ne sont ils les résultantes que d’une posture d’humilité ou affirment-ils, au contraire, un besoin de reconnaissance d’une pratique consciente de sa valeur ?

 

L’œuvre photographique de Marie L Borgia apporte des réponses nuancées à ces problématiques ouvertes avec le grand chantier post-moderne.
En plaçant l’ensemble de ses images sous l’autorité ironique du Trivial Pursuit l’auteure attend de son spectateur qu’il accepte d’entrer dans son jeu de (re)connaissances catégories art contemporain, cinéma et musiques actuelles.

 

Chaque œuvre singulière ou série est dédiée soit à un artiste seul soit à une de ses œuvres précisément identifiée en légende. Ce référencement déjà duel se trouve encore mis en abyme par un jeu de mots qui fait office de titre tout en éclairant le regardeur sur la personne à qui s’adresse la dédicace.

Parmi les nominés on trouve un musée idéal où se croisent Malevitch, Rothko, Bruce Nauman, Cy Twombly, mais aussi Viola ou Cronenberg sur des bandes sons de Lou Reed ou Laurie Anderson.

 

S’aidant parfois du passage d’une langue à l’autre ces titres franco-anglais jouent de toutes les ressources du calembour à l’à peu près.
 La description de ce système ne dit apparemment rien de l’esthétique cependant sa cohérence en tant qu’instance de nomination différée décale la représentation vers une abstraction lyrique.

 

Beaucoup de ces images jouent de paramètres spécifiques d’extrême lumination, de flou, de filé, d’absence de point focal. Toutes ces valeurs purement photographiques miment le pictural qu’elles semblent vouloir déjouer.

 

Un autre ensemble apporte un contrepoint plus charnel à ces figures esthétiques. La présence même distanciée de visages et de corps énoncent les conditions d’une fête sensuelle déjà promise par les titres de films ou de chansons. Dans cette séduisante matière où ils semblent en suspension le face à face des visages s’envisage et les corps se préparent à la force de la rencontre. Dans cette perspective les auteurs à qui les hommages sont destinées deviennent compagnons qui encouragent cette aventure à créer pour la vivre dans sa plénitude."

 

Christian Gattinoni


 

bottom of page